dimanche 27 septembre 2009

7 heures d'été.


Juste le temps de dire au-revoir.

Partie de Paris à 9h, arrivée à Montpellier à 12, à St Jean de Védas quelques minutes après.
Un déjeuner en extérieur sous un soleil de plomb: tian, salade fraîche et raisins juteux.
Sûrement mon dernier étalage de crème solaire de l'été.
Une répétition et un spectacle dans une carrière où un amphithéâtre moderne a été construit... pas un poil d'air.
Mal au crâne, idée d'insolation, sueur, crainte de tourner de l'oeil pendant la représentation. Puis tout cela disparu comme par miracle lorsque nous jouions, pour revenir après, curieux et prévisible.
Fin du spectacle, une bise à ma tante venue nous voir, et déjà le rangement, les malles dans une camionnette, nous dans un mini-bus en direction de la gare... puis ici, Paris.

Voilà tout le temps que j'aurai passé dans le sud cet été.
La chaleur ne me réussit vraiment pas, je préfère une nature luxuriante à l'aridité du climat là bàs, je n'ai aspiré qu'à me mettre à l'ombre et boire des litres d'eau... et pourtant, pour moi le sud, c'est les vacances, et j'y aurais bien passé quelques heures de plus, le temps de boire une mauresque en terrasse, histoire de grapiller encore un peu de cette chaleur et de chant des cigales avant l'an prochain...

3 commentaires:

clémence a dit…

Même fin septembre? Mais comment ils font les gens là bas pour supporter une telle chaleur? Ils doivent avoir du sang de reptile...

sironimo a dit…

Mais si c'est bien le sud...à l'ombre ^^;

Mashenka a dit…

>Clémence: je ne sais pas comment ils font, le pire c'est qu'ils ont l'air bien... cramés, mais bien !

>Sironimo: Oui, à l'ombre... et vec une bonbonne d'eau glacée (ou de mauresque), d'accord ^^ !